Bienvenue dans notre (nouveau) jardin.

papillon titre en ete

Nous voilà dans notre nouvelle maison, depuis deux semaines maintenant. Tous les cartons ne sont évidemment pas encore vidés et l’aménagement est très provisoire, mais nous avons commencé à nous occuper du jardin, enfin, surtout Alexys.

Nous avons décidé de séparer le jardin en deux, un côté potager, un côté « pour Mowgli ». Alexys a donc commencé par décompacter la terre à l’aide d’une grelinette. Nous déprécions l’utilisation systématique et/ou excessive du motoculteur, notamment sur des parcelles déjà cultivées, mais dans ce cas bien précis, cela aurait pu nous être utile : Le jardin est une pelouse piétinée depuis des années, sur une terre argileuse, le sol semble donc aussi dur que du béton. D’ailleurs, cette pelouse est principalement remplie de potentille rampante : « Sa présence signifie que le piétinement du jardinier à conduit à un état de compactage et d’asphyxie du sol. » Rien que ça. mais comme nous voulons mettre en culture cette surface rapidement, nous n’avons pas le temps d’utiliser un engrais vert.

Un premier pied de courgette a été repiqué, ainsi que deux pieds de blettes ; Alexys sème le reste en pleine terre : haricots verts, radis, radis d’hiver, choux chinois, courgettes (un pied de courgettes ne peut suffire pour les courgettovores que nous sommes). Quelques graines ont été semées en godet, comme le chou Kale ou le chou Cabus.

Seules deux planches de 4,7m sur 1m sont prêtes, je ne sais pas combien d’heures Alexys y a passé, mais c’est long et fastidieux. Au moment où j’écris cet article, Alexys a attaqué la troisième.

bananier

Dans la partie potager, il y a un coin « bac à sable » que nous souhaitons bien entendu retirer ; le sable sera donné, et les poutres qui délimitent ce coin seront transformées en piquets pour installer le grillage et ainsi empêcher l’accès à Mowgli. Il y a également des bananiers, que nous souhaitons retirer après la fin de la fructification. Esthétiquement, c’est sympathique, mais sous nos latitudes, ce n’est pas très intéressant : les fruits n’arriveront jamais à maturité complète, et ces plantes (et non arbres) demandent beaucoup, beaucoup d’eau. Nous avons déjà prévu de les remplacer symboliquement et de planter des figuiers et noisetiers, même si nous n’aurons peut-être pas le temps d’en voir les fruits.

Les plantes que nous avions en pots découvrent ou vont découvrir la pleine terre ; le laurier rose a trouvé sa place d’office et nous en remercie avec ses jolies fleurs. La mélisse, la menthe, la verveine et le chou Daubenton attendent patiemment leur tour.

Nous avons aussi pu récupérer un composteur à la communauté de commune, fini donc le lombricompost ! Les vers qui ont partagé nos vies (et nos fins de repas) depuis un an et demi découvrent eux aussi la terre.

composteur

Nous installerons également un vrai récupérateur d’eau de pluie.

Il y a dans ce jardin un faux lila, ou arbre aux papillons, qui fait mon bonheur. Une dizaine de papillons nous rend visite chaque jour pour butiner les fleurs, et chaque fois que mon regard se pose sur eux, je suis émerveillée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’ailleurs, cet arbre abrite aussi beaucoup d’oiseaux qui ont déjà repéré le buffet à volonté que propose le potager, il a donc fallu ruser : « Le filet de ramage » des haricots sert donc de filet de protection, le restant de carton du déménagement aussi, en plus de garder l’humidité. Visiblement ça semble fonctionner.

courgette

Concernant l’ancien potager, mes parents ont pris la relève, surtout pour les longs arrosages. Nous avons récolté cette semaine les oignons, et il faut avouer, ce n’est pas fameux. Deux kilos d’oignons au moins, peut-être trois, la plupart sont petits, peut-être ont-ils souffert du manque d’eau dans cette terre très sableuse. J’en ai déjà épluché une bonne partie afin de les couper/émincer et congeler. Pour les courgettes, comme nous ne venons plus assez souvent, nous récoltons des monstres . La récolte se fait normalement tous les deux jours, les fruits devant mesurer 15-20cm ; les laisser grossir davantage c’est s ‘exposer à une amertume, des graines un peut trop développées, mais surtout à l’épuisement de la plante, qui au lieu de produire d’autres fruits, s’attarde sur un seul. La dernière que nous avons récolté pèse 1,7kg et mesure 40cm. Nous utiliserons les courgettes hors normes pour cette recette que nous apprécions vraiment beaucoup . Les haricots donnent plutôt bien, les tomates ne rougissent pas vraiment. Et les poivrons restent désespérément petits, les fruits autant que les pieds ; ils sont très bons quand même, mais c’est très décevant.

Nous espérons obtenir un meilleur résultat dans le nouveau potager, avec une terre à l’opposée de ce qu’on a connu. Soyons optimistes 🙂 

 

Publicités

6 réflexions sur “Bienvenue dans notre (nouveau) jardin.

  1. Je ne suis pas très calée en matière de jardinage mais je tenais à commenter pour dire : quel beau travail et quelle chance! C’est une des choses qu’il faudrait souhaiter dans un logis, un coin jardin, il y a tellement de vertus… forcément ça demande du boulot mais parait que ça donne des bonnes ondes 🙂 allez on veut voir des jolies végétaux!!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s