Faire les poubelles – de la survie à l’acte politique.

Fouiller dans les poubelles acte de survie et acte politique

Titre accrocheur pour parler d’un sujet assez tabou, rarement abordé sur les blogs lifestyle ou écologique, car sans doute pas assez glamour. Et pourtant, il serait temps de lever le voile sur cette pratique qui concerne beaucoup de personnes, que ce soit par besoin ou par militantisme.

[Spoiler : Oui, on fait les poubelles sans aucune gêne; j’ai partagé notre dernière récolte sur un groupe FB qui a suscité beaucoup de réactions. J’ai pensé qu’il serait intéressant de proposer un article pour reprendre un peu tout ce qui a été dit]

Le début et la peur au ventre

On a commencé en mars dernier, nous avions d’ailleurs évoqué le sujet dans un article. C’est vraiment par hasard que nous avons jeté un œil à l’arrière d’un magasin un jour et avons trouvé des cagettes de pommes (18kg) en plutôt bon état. Sur le moment, nous étions partagé.e.s entre deux sentiments (qu’on ressent encore à chaque fois), partagé.e.s entre la joie de trouver toute cette nourriture gratuite & attristé.e.s, voire en colère, de cette nourriture initialement destinée à la poubelle.
On a donc décidé de chercher dans les poubelles des autres magasins, avec la peur de se faire prendre.

18kg de pommes + le reste

Notre premier butin

Il faut savoir que c’est une pratique autorisée, totalement légale, sauf dans les villes qui ont pris un arrêté municipal pour interdire le glanage. A ma connaissance, seul Puteaux a fait le choix de verbaliser de 33€ d’amende les concern.é.e.s . Petite anecdote, c’est dans cette même ville qu’une dame fut verbalisée… pour avoir laissé un livre sur un banc. Pour en revenir à la légalité de la chose :

TOUT DÉCHET, en matière juridique, est considéré RES NULLIUS : il n’appartient à personne, et le premier à s’en emparer en devient propriétaire.
La benne, à l’instar de son contenu, a un propriétaire. Sa fouille est possible lorsqu’elle est sur la voie publique, à condition bien sur que les déchets qu’elle contient ne soient pas dispersés sur la voie publique.

Source : Freegan.fr
Lorsque les poubelles se situent sur un parking, c’est déjà plus délicat; certain.e.s estiment qu’il s’agit d’une extension de la voie publique, surtout si le parking n’est pas clôturé.
Si les poubelles se situent derrière une clôture ou un mur, là on tombe dans l’illégalité.

Depuis le 21 mai 2015 :

Les distributeurs alimentaires devront s’efforcer de prévenir tout gaspillage, ou à défaut d’utiliser leurs invendus au travers de dons, pour l’alimentation animale ou encore à des fins de compost pour l’agriculture, valorisation énergétique… Les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 m² auront l’obligation de conclure une convention avec une association caritative afin de faciliter les dons alimentaires.

Et surtout, elles ont désormais l’interdiction de détruire les produits, que ce soit en utilisant de la javel, mais aussi par broyage.

Du mode de survie à l’acte politique.

Une fois ces infos en tête, la peur d’avoir des ennuis judiciaires s’envole alors on continue, encore et encore, et on trouve beaucoup, encore et encore.

Nous avons la légitimité de ramasser selon certain.e.s car nous vivons bien en dessous du seuil de pauvreté, et pour d’autres, nous ne l’avons pas car nous un avons un toit sur la tête (et le chauffage, et internet…) donc nous ne sommes pas considéré.e.s comme étant dans le besoin.

« On pourrait retirer le pain de la bouche des sans abris » Qu’on se rassure, on trouve tellement là dedans qu’on peut nourrir vraiment beaucoup, beaucoup de monde.
C’est simple, selon si le spot est convoité, on prend le strict nécessaire et on laisse pour les autres. Nos spots à nous ne le sont pas; si on ne prend pas, le lendemain les légumes sont toujours là, prêts à partir avec les éboueurs. Alors on prend tout et on partage autour de nous.

J’estime cependant qu’on n’a pas forcément à être dans le besoin pour faire ça : être sensible à ce gâchis, à l’écologie, avoir conscience des ressources nécessaires pour produire ces aliments, de la production à la livraison, des ressources pour ensuite les transporter vers un incinérateur alors que brûler des déchets organiques est une aberration sans nom. Pour moi, c’est également une très bonne raison pour pratiquer le glanage; c’est un acte militant et politique que de refuser ce gâchis organisé. Rien n’oblige à tout prendre et rien n’empêche ensuite de redistribuer.

Rassurez vous également, non, « si on fait tou.te.s ça, les commerces n’ont plus qu’à fermer boutique ». Non seulement la plupart des gen.te.s n’a pas envie de s’adonner à cette activité, pour diverses raisons (pas le temps, pas le besoin, pas l’envie…), mais en plus, on sait tou.te.s que si les petits commerces ferment les uns après les autres, c’est parce que les grandes surfaces, avec leurs pratiques abusives parfois hors la loi, sont partout et que monsieur et madame toutlemonde préfère y faire leurs courses. Un petit reportage pour mieux comprendre, Martine part en guerre contre les hypermarchés.

radis glanage

Radis sauvés, plusieurs kilos donnés aux voisin.e.s

Comment s’y prendre?

On conseille généralement de commencer à chercher à la fermeture des magasins, voire une heure après; les produits sortent généralement tout juste du rayon. Un peu de matériel est à prévoir : des gants, parce que c’est pas toujours propre propre; éventuellement une lampe torche voire une frontale, surtout en hiver; des sacs ou des cagettes pour transporter vos trouvailles; le petit plus, une pelle et une balayette pour laisser l’endroit propre derrière vous. ça, c’est super important ! L’idéal est de faire ça en petit groupe, c’est plus sympa, plus pratique quand l’un.e tient la lampe torche et idéal quand on trouve beaucoup trop.

Les commerces les plus fructueux sont les grandes surfaces, les petites supérettes et les boulangeries. En non alimentaire, il semblerait qu’on trouve aussi des trésors dans les jardineries, magasins d’électroniques et même de fringues. Nous avons trouvé un luminaire et une étagère complète, qui trône désormais fièrement dans notre cuisine.

Il est possible aussi de faire les fins de marchés; dans beaucoup de villes, les vendeurs laissent leur invendus sur place et ceux ci sont ramassés par le service de nettoyage de la voirie. A vous de trouver le bon moment 😉

pommes poires compotes glanage

Pour faire de bonnes compotes.

Les alternatives.

Si vous êtes plusieurs et que vous n’avez pas envie de mettre les mains dans les bennes ou même simplement pour éviter de revenir bredouilles, il est possible de monter une association et de signer une convention avec les commerces pour récupérer et re-distribuer ensuite. Il faut être disponible et avoir potentiellement un lieu de stockage.

La seconde alternative qui s’adresse davantage aux petites structures, c’est de parler à vos commerçant.e.s de l’application Too good to go qui permet de proposer les invendus à petits prix; les utilisateurs de l’appli voient en journée ce qui sera disponible le soir et viennent ensuite récupérer des petits colis.

viennoiseries

Les viennoiseries se congèlent très bien.

Nos trésors :

Nous avons trouvé vraiment beaucoup beaucoup de choses; le pire c’est que nous ne faisons même pas les grandes surfaces (les poubelles y sont barricadées dans cette ville) et que nous n’y allons pas régulièrement. Nous partageons autour de nous ce que nous trouvons et nous partageons également nos spots.
Récemment nous avons fait une trouvaille impressionnante, nous avons tout pesé et vérifier ensuite les prix dans le magasin. Notre butin s’élève à 113€. En une fois. Alors nous partageons et transformons en prévision de l’hiver. C’est cette trouvaille qui m’a donné envie de partager et d’en parler; c’est intolérable de laisser perdre autant.
Le but de ces photos est de vous montrer la quantité mais aussi la qualité de ce qu’on trouve; des tâches sur des bananes (mûres!), quelques fleurs de brocolis un peu noircies, des meurtrissures sur les pommes due à une cueillette pas toujours délicate… et voilà ces fruits et légumes destinés à la poubelle.
Et ce qui n’est pas en bon état fini au compost ou sur les planches de culture.

 

 

 

 

Je conclue cet article en me rendant compte que je n’ai pas abordé l’aspect de la honte; c’est simple, pour moi il n y a pas à se sentir honteux.se ou humilié.e. Forcément, c’est facile à dire quand notre survie n’en dépend pas, mais il n’empêche que la honte ne doit pas se trouver du côté de celui ou celle qui fouille mais plutôt du côté de celleux qui jettent, celleux qui empêchent de récupérer cette nourriture et surtout, celleux qui jugent ou vous regardent mal. Tolérer qu’on gâche quand une partie de la planète crève la dalle, ça c’est honteux.

La vidéo d’une pirate plutôt sympa qui nous emmène avec elle lors de ses fouilles.

Des chasseurs cueilleurs des temps modernes :

 

Fouiller dans les poubelles, de l'acte de survie à l'acte politique

Publicités

13 réflexions sur “Faire les poubelles – de la survie à l’acte politique.

  1. Coucou 🙂
    J’en ai pas mal entendu parler mais là je découvre le détail de la démarche, super article !
    C’est vrai que c’est tabou. Tellement.
    Tous les commerces ne bradent pas les fruits et légumes abîmés et c’est clair que ça me mine tout ce gâchis…
    En tous cas c’est génial tout ce que vous arrivez à récupérer, tellement d’economies avec des produits frais.
    À tout bientôt 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour 🙂 merci pour ton retour!
      quand j’ai commencé cette « activité » , j’ai cherché un peu sur la toile et me suis rendue compte que le sujet était vraiment peu abordé, surtout par les personnes concernées; j’ai trouvé ça important de détailler, d’expliquer le pourquoi du comment, histoire de faire tomber un peu les tabous..

      Aimé par 1 personne

  2. Un grand merci pour cet article très complet. Je comprends beaucoup mieux votre démarche. Je suis toujours triste de l’ampleur de ce gâchis. Malheureusement, je crois que je n’aurais pas le courage de faire pareil même si récupérer des fruits bios m’arrangerait bien quelquefois. J’aurai trop peur de me faire crier dessus par les personnes du magasin.

    Aimé par 1 personne

  3. Je vous remercie pour votre article fort intéressant et très instructif. Je ne me fais toujours pas au gachis de notre société et davantage quand il est pratiqué dans un magasin bio, pensant qu’il est respectueux d’une culture, de l’environnement, de la matière, de notre planète et des agriculteurs. Plusieurs fruits abîmés mais récupérables étaient dans une poubelle. Je les ai pris, le directeur de la biocoop tolbiac a refusé de me les donner, me répétant qu’il n’avait pas le droit, c’était la procédure
    Face à son esprit fermé, je lui ai parlé du travail des hommes et des femmes, du respect de la nourriture. Dressé sur sa caisse enregistreuse. Son manque de réflexion m’a consternée.
    J’espère qu’il fera un bon dîner ce soir.

    J'aime

  4. Je vous remercie pour votre article fort intéressant et très instructif. Je ne me fais toujours pas au gachis de notre société et davantage quand il est pratiqué dans un magasin bio, pensant qu’il est respectueux d’une culture, de l’environnement, de la matière, de notre planète et des agriculteurs. Plusieurs fruits abîmés mais récupérables étaient dans une poubelle. Je les ai pris, le directeur de la biocoop tolbiac a refusé de me les donner, me répétant qu’il n’avait pas le droit, c’était la procédure
    Face à son esprit fermé, je lui ai parlé du travail des hommes et des femmes, du respect de la nourriture. Dressé sur sa caisse enregistreuse, il baissait les yeux. Son manque de réflexion m’a consternée.
    J’espère qu’il fera un bon dîner ce soir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s